Elie Wiesel (FR)

The Raoul Wallenberg Centre for Human Rights’ Honorary Co-Chair (in Memoriam), Elie Wiesel.

 

Professeur Elie Wiesel

 
 Elie Wiesel, Honorary Co-Chair (in Memoriam) of the Raoul Wallenberg Centre for Human Rights.

Coprésidents HONORAIRES (IN MEMORIAM)

Lauréat du prix Nobel de la paix

États-Unis

Président d’honneur fondateur du Centre Raoul‑Wallenberg pour les droits de la personne, l’un de ses derniers gestes avant son décès, le professeur Elie Wiesel, lauréat du prix Nobel de la paix, s’est fait le champion des opprimés toute sa vie. Son expérience personnelle de survivant de l’Holocauste l’a amené à utiliser ses talents d’auteur, de professeur et de conteur pour défendre les droits de la personne et la paix dans le monde. 

Elie Wiesel est décédé le 2 juillet 2016. Que sa mémoire soit une bénédiction et une source d’inspiration.

--

Elie Wiesel naît en 1928 à Sighet en Transylvanie, aujourd’hui une région de la Roumanie. Il a 15 ans quand sa famille et lui sont déportés à Auschwitz par les nazis. Sa mère et sa sœur cadette y trouvent la mort, mais ses deux sœurs aînées survivent. Avec son père il est ensuite envoyé à Buchenwald, où son père meurt peu avant que le camp soit libéré en avril 1945.

 Après la guerre, il étudie à Paris et devient journaliste. Lors d’une entrevue avec l’écrivain français réputé François Mauriac, celui-ci l’encourage à raconter son expérience des camps de la mort. Le résultat fut son livre de renommée internationale, La Nuit, qui a été traduit depuis en plus de 30 langues.

 En 1978, le président Jimmy Carter nomme Elie Wiesel à la tête de la Commission de la Shoah. En 1980, il fonde le Holocaust Memorial Council des États-Unis. Il est président de la Fondation Elie Wiesel pour l’humanité, un organisme créé par sa femme et lui pour lutter contre l’indifférence, l’intolérance et l’injustice. Il a reçu plus de 100 diplômes honorifiques d’établissements d’enseignement supérieur.

 Ardent partisan d’Israël, Elie Wiesel défend aussi la cause des Juifs soviétiques, des Indiens Miskito du Nicaragua, des desaparecidos d’Argentine, des réfugiés cambodgiens, des Kurdes, des victimes de la famine et du génocide en Afrique, de l’apartheid en Afrique du Sud et de la guerre en ancienne Yougoslavie. Pendant plus de 15 ans, sa femme Marion et lui se vouent à la cause des jeunes Israéliens nés en Éthiopie par l’intermédiaire des centres Beit Tziporas qui mettent l’accent sur l’étude et l’enrichissement.

L’enseignement a toujours été au cœur du travail d’Elie Wiesel. En 1976, il devient titulaire de la chaire Andrew W. Mellon des lettres et sciences humaines à l’Université de Boston, où il est également professeur. Il est aussi membre du corps enseignant du Département de religion et du Département de philosophie. Il a été professeur émérite en études judaïques à l’Université de New York (1972-1976) et le premier chercheur invité en sciences humaines et en pensée sociale de la fondation Henry Luce, à l’Université Yale (1982-1983).

Elie Wiesel est l’auteur de plus de soixante livres de fiction et de non-fiction, dont Le mendiant de Jérusalem (Prix Médicis), Le testament d’un poète juif assassiné (Prix Livre Inter), Le Cinquième Fils (Grand prix du roman de la Ville de Paris), deux volumes de ses mémoires, Tous les fleuves vont à la mer (Mémoires I) et Et la mer n’est pas remplie (Mémoires II), et Le cas Sonderberg

Pour ses activités littéraires et de défense des droits de la personne, il a reçu de nombreux prix, notamment la médaille présidentielle de la Liberté, la médaille d’or du Congrès américain, la National Humanities Medal, la médaille de la Liberté, et il a été élevé au rang de Grand-Croix de la Légion d’honneur en France. En 1986, Elie Wiesel reçoit le prix Nobel de la paix et peu après, sa femme Marion et lui créent la Fondation Elie Wiesel pour l’humanité.

--

Lisez : Elie Wiesel: Conscience of Humanity