Raoul-Wallenberg-monument-1-1.jpg

Héros de l’Humanité

Heroes of humanity are those who deserve to be remembered and that remembrance acted upon. They are persons — with the compassion to care and the courage to act — that can transform history.

 

Héros de l’humanité

 Mandela, love, empathy, hero humanity.
 

Les héros de l’humanité méritent qu’on se souvienne d’eux, car ils montrent comment une personne compatissante qui a le courage d’agir peut affronter le mal et transformer l’histoire. C’est pourquoi ils servent d’exemples et transmettent le message du combat pour les droits de la personne et la dignité humaine. Ces personnes représentent l’espoir et l’inspiration en nous rappelant que nous sommes tous en mesure d’améliorer la condition humaine. Par conséquent, nous avons le devoir moral, voire même la responsabilité historique, d’en apprendre plus sur ces héros de l’humanité, de nous inspirer d’eux et de transmettre leur héritage. Parmi ces héros de l’humanité que nous souhaitons commémorer et célébrer, on compte deux citoyens d’honneur du Canada : Raoul Wallenberg et Nelson ‘Madiba’ Mandela.

 

Raoul Wallenberg

 Raoul Wallenberg, Hero of Humanity

Raoul Wallenberg, diplomate suédois en poste à Budapest à l’été et à l’automne de 1944 et quintessence du héros de l’humanité, a prononcé ces mots qui sont restés dans les mémoires : « Je n’ai pas d’autre choix ». En appliquant cet axiome pendant la Seconde Guerre mondiale, Raoul Wallenberg a sauvé plus de Juifs en six mois de l’Holocauste que n’importe quel gouvernement, et il a préfiguré ainsi les principes fondamentaux du droit international humanitaire moderne et démontré le pouvoir dont dispose une personne capable de compassion et de courage pour vaincre le mal dans toute sa monstruosité.

Raoul Wallenberg est surtout connu pour la distribution de Shutzpass et l’établissement de maisons-refuges (des laissez-passer diplomatiques et des sanctuaires conférant l’immunité), ce qui affirme le principe de la protection diplomatique, un principe fondamental du droit international. Grâce à l’organisation, par Raoul Wallenberg, d’hôpitaux, de soupes populaires et d’orphelinats (la base de l’aide humanitaire internationale), des personnes vulnérables ont recouvré un semblant de dignité humaine et cela incarne le meilleur de ce que nous appelons aujourd’hui l’intervention humanitaire internationale. Son dernier sauvetage est sans doute le plus mémorable. Aux généraux nazis qui menaçaient de liquider ce qui restait des Juifs en Hongrie il a fait savoir qu’ils seraient traduits en justice, voire exécutés, pour leurs crimes de guerre. Il a ainsi sauvé 70 000 Juifs et ce faisant, il a donné corps aux principes de Nuremberg, ce que nous appelons aujourd’hui le droit pénal international, tout en assumant la responsabilité de protéger.

Après avoir sauvé tant de vies, Raoul Wallenberg n’a pas été sauvé par ceux qui étaient en mesure de le faire. Au lieu de le traiter comme le libérateur qu’il était, les Soviétiques, eux-mêmes entrés en Hongrie en libérateurs, l’ont arrêté parce qu’ils le soupçonnaient d’espionnage et en ont fait un prisonnier politique. Il a disparu dans un goulag et sa famille, tout comme les dizaines de milliers de personnes qui ont échappé à la mort grâce à lui, ignore encore ce qui lui est advenu.


Nelson 'madiba' Mandela

 Nelson Mandela, political prisoner and hero of humanity

À sa libération, après 27 années passées dans une prison sud-africaine, Nelson Mandela a poursuivi ses efforts afin de mettre fin à l’apartheid et d’édifier une Afrique du Sud démocratique, multiraciale et libre. Il incarne les trois grands combats du 20e siècle : la longue marche vers la liberté, comme il l’a dit, la marche vers la démocratie et la marche vers l’égalité.

Il a inspiré la formation d’une coalition arc-en-ciel, une métaphore pour l’édification du pays avec des gens de tous les horizons, même des adversaires, de toutes les races et de toutes les identités afin de les réunir pour que la démocratie y gagne au change. Il n’éprouvait aucune rancœur ni désir de revanche, colère, préjugé ou malice. Il ne s’est jamais laissé abattre, il s’est montré déterminé et dévoué, et il a été une source d’inspiration et d’espoir, en particulier pour les jeunes qui, aujourd’hui, sont cyniques et désintéressés. Il représente la tolérance, la guérison, la réconciliation et l’éducation comme condition préalable à une culture de la paix par rapport à une culture du mépris. Plus que tout, il nous rappelle l’importance de défendre la cause des prisonniers politiques qui, après leur libération, peuvent changer pour toujours le cours de l’histoire.


Aidez le Centre à aider les héros d’aujourd’hui.