iStock-467783942.jpg

Holocauste et génocide

The Holocaust, Genocide and Mass Atrocity: Universal lessons for their prevention.

 

Holocauste et génocide

 Americans protesting extermination of Jews in Europe.
 

L’indifférence et l’inaction jouent toujours en faveur de l’agresseur, jamais de la victime. Face au mal, l’indifférence est l’acquiescement au mal en soi, sinon la complicité. Ce qui rend l’Holocauste, et plus récemment les génocides au Rwanda et au Darfour, si odieux, ce n’est pas seulement l’horreur des génocides – qui sont suffisamment effroyables –, mais le fait que ces génocides auraient pu être évités. Nous devons réfléchir sur les leçons du passé pour nous souvenir des victimes et honorer les survivants, et aussi sur les obligations immuables qui en découlent pour le présent. Devant de telles horreurs, la communauté internationale ne peut pas jouer le rôle du simple spectateur. Elle doit agir.

 

LEÇONS UNIVERSELLES POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE LES ATROCITÉS DE MASSE

Le Centre Raoul‑Wallenberg pour les droits de la personne promeut l’éducation, la sensibilisation, la communication et l’action relativement aux leçons universelles, notamment celles-ci:

  1. Les dangers de l’oubli – la responsabilité de se souvenir – le devoir de mémoire;

  2. Les dangers de l’incitation à la haine et au génocide sanctionnée par l’État – la responsabilité de prévenir;

  3. Les dangers du silence face au mal – la responsabilité d’agir;

  4. Les dangers de l’indifférence face aux atrocités de masse et aux génocides – la responsabilité de protéger;

  5. Les dangers de l’impunité – la responsabilité de traduire les criminels de guerre devant la justice;

  6. Les dangers de La trahison des clercs – la trahison des élites – la responsabilité de donner l’heure juste aux personnes au pouvoir;

  7. Les dangers des agressions contre les personnes vulnérables – la responsabilité d’intervenir – la responsabilité envers les réfugiés;

  8. Les dangers du déni des génocides – la responsabilité de récuser les faux témoignages;

  9. Les dangers de la violence envers les femmes – la responsabilité de prévenir et de protéger;

  10. Les dangers des atrocités à l’endroit des enfants – la responsabilité de prévenir et de protéger;

  11. Les dangers de l’inaction de la communauté – la responsabilité de rendre hommage aux sauveteurs;

  12. L’obligation de respecter l’héritage des survivants de l’Holocauste et d’autres génocides.

À cet égard, une initiative importante a été la tenue d’un colloque juridique international visant à commémorer les deux visages de Nuremberg, le Nuremberg de haine et le Nuremberg de justice, à l’occasion du 80e anniversaire de l’entrée en vigueur des lois raciales de Nuremberg et du 70e anniversaire des procès de Nuremberg. Ce colloque historique, qui a eu lieu à l’Université Jagellonne à Cracovie en Pologne, le 4 mai 2016, était commandité par l’Université et la Marche internationale des vivants.

Ce grand rassemblement international a adopté à l’unanimité la déclaration « jamais plus », un modèle juridique de leçons tirées de la lutte contre les atrocités de masse, lutte qui sous-tend la quête de justice du Centre Raoul‑Wallenberg pour les droits de la personne.


LA DÉCLARATION JAMAIS PLUS

CONSIDÉRANT QUE le génocide est la menace la plus insidieuse et la plus destructrice que connaît l’humanité – le crime ultime contre l’humanité –, un acte horrible et inqualifiable par lequel l’incitation au génocide sanctionnée par l’État transforme la haine en catastrophe;

CONSIDÉRANT QUE l’Holocauste a donné lieu à des horreurs génocidaires qui vont au-delà de ce que l’on peut imaginer, mais qui sont néanmoins bien réelles; CONSIDÉRANT QUE le 9 décembre 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (« Convention sur le génocide »), qui fait maintenant partie du droit international coutumier;

CONSIDÉRANT QUE le 10 décembre 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme dans la foulée des « actes de barbarie qui ont révolté la conscience de l’humanité »;

CONSIDÉRANT QUE le 20e siècle, témoin de l’adoption de la Convention sur le génocide et de la Déclaration universelle des droits de l’homme, a également été le siècle de multiples génocides et atrocités de masse évitables, qui se poursuivent au 21e siècle;

CONSIDÉRANT QUE l’indifférence et l’inaction ont mené à ces atrocités de masse et à ces génocides;

CONSIDÉRANT QUE les dangers du génocide et des atrocités de masse ne disparaîtront jamais, sauf si les leçons des génocides passés sont prises en compte et mises à profit;

Nous, parlementaires, dirigeants politiques, représentants de la société civile du monde entier, DÉCLARONS CE QUI SUIT :

  • Jamais plus nous ne serons indifférents devant l’incitation à la haine;

  • Jamais plus nous ne resterons silencieux face au mal;

  • Jamais plus nous ne tolérerons le racisme et l’antisémitisme;

  • Jamais plus nous n’ignorerons la souffrance d’êtres vulnérables;

  • Jamais plus nous ne fermerons les yeux sur les atrocités de masse et l’impunité.

NOUS FERONS ENTENDRE NOS VOIX ET NOUS AGIRONS contre l’indifférence, le racisme, la haine, l’antisémitisme, les atrocités de masse, l’injustice et le crime le plus abject de tous dont le simple nom devrait nous faire frémir: le génocide.



Ne jouez pas le rôle de spectateur devant l’injustice. Aidez le Centre Raoul‑Wallenberg aujourd’hui.